L'équipe de tournage de 'Point Break' a risqué sa vie face à des vagues de 70 pieds et plus



L'équipe de tournage de 'Point Break' a risqué sa vie face à des vagues de 70 pieds et plus

Le nouveau Point de rupture sort en salles le 25 décembre et le film a nécessité des cascades défiant la mort qui ne se sont jamais produites auparavant.

Plusieurs scènes obligeaient les surfeurs à surfer sur des vagues jusqu'à 70 pieds, et capturer cela sur film n'est pas une tâche simple.

Pour une scène, l'équipe de tournage a tourné à Pe'ahi, ou Jaws, à Maui, à Hawaï, dans le plus grand surf de la décennie. Point de rupture’ s Le directeur de la deuxième unité, Phillip Boston, a déclaré que c'était extraordinairement dangereux et qu'il s'agissait d'une première mondiale.

CONNEXES : « Point Break » marque l'histoire du BASE jump

C'est incroyablement dangereux parce que les vagues elles-mêmes mesurent de 60 à 70 pieds de haut et pour obtenir la meilleure photo, nous devons avoir l'hélicoptère [dans le film] et bien sûr nous le poursuivons avec un autre hélicoptère, et ces deux hélicoptères doivent se mettre sous une vague de 60 à 70 pieds pour obtenir les images, a-t-il déclaré à GrindTV.

Voler des hélicoptères est suffisamment dangereux dans une situation contrôlée comme dans le désert, mais Boston a déclaré que voler aussi bas au niveau de l'océan qu'eux était assez dangereux.

Un groupe de cameramen a vraiment risqué leur vie pour obtenir certaines des images, a déclaré Boston.

Comme les enjeux étaient si élevés, ils avaient besoin de cascadeurs extrêmement bien entraînés. Certains avaient même des antécédents de Navy SEAL.

Chacune des scènes a nécessité environ 60 membres d'équipage dans l'eau pour prendre la photo, certains sur des bateaux.
Point de rupture

La scène à Jaws était extrêmement difficile parce que deux hélicoptères bourdonnaient à l'intérieur et à l'extérieur pendant que des ensembles de 70 pieds passaient. Photo : Point de rupture





Pour une autre scène de surf, il y avait un équipage à Teahupoʻo, Tahiti, qui a posé un autre ensemble de défis parce que c'est si peu profond.

La surfeuse professionnelle Laurie Towner s'est blessée lors de la deuxième vague de la journée. L'un des bateaux avait une cage de sécurité au cas où il passerait au-dessus des chutes et Boston a mis deux cameramen australiens qui sont également des surfeurs de grosses vagues sur celui-ci.

Si le bateau devait franchir les chutes, ils avaient les meilleures chances de survivre, a-t-il déclaré.

En outre, ils ont fait tirer un surfeur à l'intérieur du tube à Teahupo'o, ce qui, selon Boston, n'a jamais été fait auparavant.

Nous ne parlons pas GoPro ici, nous parlons de caméras de 25 à 30 livres, a-t-il déclaré.

Le surfeur Matahi Drollet a été nominé aux XXL Wave Awards dans la catégorie tube pour son ride à Teahupo'o.

Une autre cascade difficile à filmer qui ne semble pas aussi dramatique que les grosses vagues était la plongée en apnée. Boston a déclaré avoir eu du mal à trouver des doublures cascadeuses.

Chaque fois que nous trouvions un type qui ressemblait à notre acteur, il était mort ou avait un problème de décompression, a-t-il déclaré.

Finalement, ils ont fini par utiliser le surfeur professionnel et waterman Mark Healy pour doubler Johnny Utah et Marina Kazankova comme doublure de l'amoureux.

Une équipe de secours devait être placée tout au long du parcours des plongeurs en raison du risque d'empoisonnement au dioxyde de carbone et de pannes d'électricité en eau peu profonde.

Ce qui ressemble en fait à une chose assez simple est en fait assez compliqué lorsque vous entrez dans l'équipement de sécurité, a déclaré Boston.

Plus de GrindTV

Comment sortir d'un courant de retour

Pourquoi tu dois aller dans une ville fantôme

Buvez et roulez avec la gourde mobilité MOBOT

Pour accéder à des vidéos d'équipement exclusives, à des interviews de célébrités et plus encore, abonnez-vous sur YouTube !